16/03/2013

Calcul de la nativité d'Hamlet par Steve Sohmer



Les spéculations sur Hamlet, le calendrier, et Martin Luther
Par Steve Sohmer

Early Modern Literary Studies 2.1 (1996)
(Résumé et traduction par Sylvain Couprie, pour se référer au texte original et à la bibliographie suivre ce lien http://purl.oclc.org/emls/02-1/sohmshak.html)

Dans cet essai, Steve Sohmer montre que Shakespeare a relié les principaux événements de Hamlet à certains jours de fête, et que le public pouvait identifier ces jours saints à partir d'indices dans le texte.

Tout d’abord, Steve Sohmer observe que les gardes se rencontrent par une nuit sans lune. C’est hors période du calendrier de l’Avent, et précisément le 2 Novembre (jour des morts), qu’Hamlet va rencontrer le spectre de son père, parce que les gardes font référence à une étoile : Deneb.

De plus Marcellus est l’homonyme de « Marcellus le Centurion » assassiné un 30 octobre. Martin Luther cloue à la porte de Wittenberg ses 95 thèses le 31 octobre 1517. 1517 et 1601 ont le même calendrier – années au cours desquelles les Fête de Marcellus et jour des morts s’étendent bien sur 4 jours (ce qui ferait pencher la balance pour une conception de la pièce en 1601).

Steve Sohmer revient sur les trois mouvements dans la pièce, repérés par Granville-Baker et observe qu’ils correspondent à trois fêtes Saintes reniées par Martin Luther et les réformistes (Toussaint, Chandeleur et Corpus Chriti).

Puis Steve Sohmer déduit du jeu du Roi et de la Reine de Comédie, lors de la souricière, la date exacte du mariage du Roi Hamlet et de la Reine Gertrude. Au début de l’acte 5, dans la scène du cimetière, on apprend qu’Hamlet a trente ans, qu’il est dont un enfant « illégitime », c’est-à-dire né hors mariage. [Depuis Steve Roth a émis l’hypothèse que Hamlet pourrait bien être un adolescent de 16 ou 17 ans].

Enfin, Steve Sohmer revient sur le sens de ce petit vers du : « Dram de Eale » qui pourrait bien être une méditation d’Hamlet sur sa propre bâtardise. Les termes employés par Shakespeare font référence à des pratiques vinicoles qui consistent à mélanger au vin une substance pour le transformer.

Dates des représentations et Jours Saints

Les chercheurs savent depuis longtemps que la compagnie de théâtre Shakespearienne consultait le calendrier de l'église lors de la sélection des dates de représentations pour leur répertoire. Par exemple, nous savons que Twelfth Night a été joué devant la reine Elizabeth, le 2 Février 1602, la fête de la Chandeleur. Cette sainte journée catholique célébrait la purification de la Vierge Marie. Mais dans Twelfth Night la vierge dénommée «Madonna » tente une séduction - une ironie qui ne pouvait échapper à un public composé de la Reine Vierge et de sa Cour.

Cet ironique mariage du jeu avec la date de la représentation n'est pas unique. La compagnie a fait jouer Henry VIII , qui traite des circonstances qui ont conduit à la rupture de ce monarque avec Rome, lors de la fête de la papauté, jour de la Saint-Pierre, le 29 Juin 1613.
La fameuse lettre de Thomas Platter nous dit que Jules César , la pièce de Shakespeare à propos de l'homme qui a décrété le calendrier julien, a été jouée le 21 Septembre 1599. Ce fut la version "officielle" date d'un équinoxe d'automne que les Londoniens avaient observé le 11 Septembre parce que les Anglais vivaient encore sous le calendrier Julien scientifiquement discrédité, qui était alors erroné de dix jours.

(Le pape Grégoire XIII avait donné au monde catholique un calendrier réformé en 1582. Les Anglais continuèrent à vivre sous le calendrier julien discrédité jusqu’à la réforme de Lord Chesterfield en 1751.)

Depuis les publications récentes, de François Laroque notamment, nous commençons à comprendre que le calendrier joue également un rôle structurel dans les pièces de Shakespeare. Mais F. Laroque soutient que les résonances religieuses et culturelles du calendrier étaient plus utiles au dramaturge qui doit trouver des «équivalents visuels et gestuels pour les catégories abstraites de la pensée et de la parole». Selon F. Laroque, Shakespeare exploitait « les diverses traditions et les jeux des grands festivals [à] donner à ses pièces de théâtre avec la dimension sémantique supplémentaire du symbolisme temporel».
Le public élisabéthain avait des raisons d'être plus alerte au symbolisme temporel que nous. Leur calendrier dominant était le calendrier de l'église, un document d'État consacré, qui réglemente le respect uniforme d'une autorisation, la liturgie nationale pré composée.

Avec la Bible, les homélies, et le Book of Common Prayer, le calendrier élisabéthain constituait « un formulaire sous la contrainte de culte destinés au contrôle des âmes». Correspondance, contrats, baux, droit de rétention, tous ont été datés par référence au calendrier de l’église.
Comme Écriture elle-même, le calendrier de l'église était révélateur. Sa succession d’ordonnées lunaires et solaires à base de jours saints, a révélé une logique profonde de connexions. La signification de celles-ci peuvent échapper à l'esprit moderne, mais leur signification antique était parfaitement connue à l'époque élisabéthaine. « Dans la liturgie et dans les célébrations saisonnières qui étaient ses mouvements centraux ... les personnes ont trouvé la clé de la signification et le but de leur vie» (Duffy 11).
F. Laroque affirme que Shakespeare infusait l'action dans ses pièces aux accents religieux et culturels en se connectant avec les scènes particulières des jours saints qui étaient reconnaissables par un public élisabéthain.

La rencontre avec le spectre : Référence à une étoile, Deneb

Dans la première scène de Hamlet Shakespeare donne une série d'indices minuscules de l'heure et de la date à laquelle l'action d'ouverture a lieu. Barnardo nous dit qu’il est plus de minuit, et que la nuit est profondément sombre. Ils s’identifient par le son de leur voix.
Bar. Who's there?
Fra. Nay, answer me. Stand and unfold yourself.
Bar. Long live the King!
Fra. Barnardo?
Bar. He. (1.1.1-5)

Quand Horatio et Marcellus entrent, Francisco identifie à nouveau les arrivées non par la vue mais par la voix:
Fra. I think I hear them. Stand ho! Who is there?
Hor. Friends to this ground.
Mar. And liegemen to the Dane. (1.1.13-15)

Quand Francisco fait sa sortie, Horatio et Marcellus ne voient toujours pas Barnardo. Marcellus doit demander "who hath relieved you?" et Francisco doit expliquer "Barnardo hath my place" (1.1.18-19). Marcellus demande alors "Holla, Barnardo!" (1.1.20). Barnardo ne peut toujours pas voir qui arrive , il répond, "Say, what, is Horatio there?" (1.1.21).

L'accent sur l'obscurité écrasante suggère une nuit sans lune. Il fait également froid. Francisco nous dit "'Tis bitter cold" (1.1.8). Quand Hamlet vient sur les remparts en 1.4, il nous dira "The air bites shrewdly, it is very cold" (1.4.1).
Les nuits successives glaciales suggèrent une saison hivernale, peut-être entre septembre et mars. Nous pouvons être plus précis sur la saison à partir d'indices fournit par Shakespeare. Par exemple, lorsque Marcellus dit:

Some say that ever 'gainst that season comes
Wherein our saviour's birth is celebrated
The bird of dawning singeth all night long;
And then, they say, no spirit can walk abroad,
The nights are wholesome; then no planets strike,
No fairy takes, nor witch hath power to charm,
So hallowed and so gracious is the time. (1.1.163-9)

Autrement dit, un fantôme ne peut pas être rencontré pendant la période de l'Avent. Ainsi, le fantôme du vieil Hamlet a du apparaître avant le 27 Novembre, ou après Noël (Leduc et Baudot 47). (l'Avent marque le début de l'année ecclésiastique, et absorbe les quatre dimanches avant Noël. L’avent peut commencer au plus tôt le 27 Novembre et au plus tard le 3 Décembre. Cependant, dans la France médiévale l’Avent a commencé lors de la fête de la Saint-Martin (11 Novembre), et englobait quarante jours et six dimanches.)

Barnardo fait également référence à un objet céleste:

Last night of all,
When yon same star that's westward from the pole
Had made his course t' illume that part of heaven
Where now it burns, Marcellus and myself,
The bell then beating one-- (1.1.38-42)

Le propos de Barnardo suggère que l'étoile est suffisamment visible pour être identifié par Horatio et, peut-être, par des membres du public qui ont été formés à l'astronomie ou à l'astrologie. Il existe une variété de raisons pour conclure que l'étoile à laquelle se réfère Barnardo est Deneb, une étoile de la constellation du Cygne. "La Croix du Nord" de l'époque de Bède le Vénérable, était bien connue des chrétiens français. Parce que la Croix se dressait au-dessus de l'Europe, à 9 h, la veille de Noël, la constellation a été considérée comme un présage divin de la crucifixion. Dans le ciel nocturne au-dessus de Londres, la Croix du Nord se tient debout, et Deneb est précisément "à l'ouest du pôle," circa 1 heure au cours de la période du 30 Octobre au 10 Novembre.

Celui qui regarde le ciel de l'hémisphère nord à 1h du matin dans la nuit du 2 Novembre 1601, en Angleterre, ne peut qu'être frappé par l'importance de cette constellation.
La Croix du Nord ne signifie pas seulement la mort et la résurrection du Christ, mais est associée à un mythe plus ancien « recrossing the bourne » qui sépare les vivants et les morts. En vertu de sa désignation païenne, Cygnus, la constellation a été consacré à Orphée - peut-être en raison de sa proximité de Lyra, la harpe ou Cythère. La lyre d'Orphée a été l'instrument utilisé pour enchanter les créatures de l'enfer dans sa quête d'Eurydice. Une troisième, à proximité, est Draco, le Grand Serpent du Nord. Euridice bien-aimée d'Orphée est mort de la morsure d'un serpent venimeux, comme l'a été le vieux Hamlet: "Le serpent qui a piqué la vie de ton père porte maintenant sa couronne" (1.5.38-9). Ensemble, les trois constellations présentent un éternel tableau vivant du mythe archétypal de contact entre vivants et morts.
Le Cygne dispose également d'une connexion mythologique avec une histoire d'amour adultère. Zeus, roi des dieux, souhaitait s’unir à Léda, épouse de Tyndare. Pour s’accoupler avec elle, Zeus se transforma en cygne. Hélène, femme de Ménélas, qui a été enlevée par Paris, devint sa concubine adultère. Hamlet est centré sur l'adultère de Gertrude et Claudius (05/01/42). L'autre problème de Zeus-Leda étaient les jumeaux Castor et Pollux. Hamlet est peuplé de nombreux «jumeaux» (Hamlet et Laërte, Rosencrantz et Guildenstern, Claudius et Norvège « l’impuissant », etc.). Dans l'astrologie, Cygnus est le patron des personnes nées avec une nature «adaptable, intellectuel, méditatif et rêveur. Il génère relations désordonnées et instable » et « provoque talents à maturité tardive... » (Sesti 324), des qualités qui se lisent comme un thème astral complet du prince Hamlet.

L'hypothèse selon laquelle Barnardo fait allusion à Deneb et que les rencontres entre les sentinelles et le fantôme ont lieu pendant la période du 30 Octobre au 10 Novembre, est soutenue par un indice supplémentaire, c'est à dire le nom que Shakespeare donne au compagnon de Horatio: Marcellus. Dans le calendrier catholique "Marcellus le Centurion" est tombé le 30 Octobre. Marcellus était un soldat converti au christianisme et qui par la suite a refusé de s'engager dans la violence. Il fut martyrisé en l'an 298.

A la série d’indices saisonniers laissés par Shakespeare, astronomique et calendaire - 1 h par une nuit froide et sans lune, en dehors de l'Avent, à l'ouest de Deneb pôle signifiant la Croix du Nord, et un homonyme de Marcellus - nous pouvons ajouter cet autre : le fantôme est apparu deux fois, « ce spectacle terrible vu deux fois de nous» (1.1.28). Horatio raconte dans 1.2 que ces apparitions ont eu lieu pendant deux nuits successives:

Two nights together had these gentlemen, Marcellus and Barnardo, on their watch In the dead waste and middle of the night Been thus encounter'd (1.2.196-9)

Horatio nous dit aussi que le fantôme est apparu une troisième nuit consécutive:
«Et moi avec eux de la troisième nuit avons monté la garde" (1.2.208).

La quatrième nuit le fantôme apparaît à nouveau, pour enfin parler avec Hamlet (1.4.38ff). De cette façon Shakespeare nous informe que le fantôme est apparu quatre nuits de suite. Ce n'est pas par hasard que la fête de Marcellus précède une succession de jours saints pendant lesquels les élisabéthains auraient pu s'attendre à ce que rôde le spectre:

Date de Jour Saint
30 Octobre Marcellus le Centurion (fête)
31 Octobre All Hallows 'Eve
1 novembre Toussaint
2 novembre Jour des Morts

Ces trois jours de fête qui suivent la fête de Marcellus sont associés à la liaison entre les vivants et les morts. La veille de All Hallows 'Eve, dérivé du festival celtique de Sambain, nuit pendant laquelle les esprits des morts reviennent pour visiter leurs demeures terrestres. Le 1er Novembre a été consacré date de la Toussaint, un respect qui date du 7ème siècle. Le fantôme d'Hamlet semble parler du purgatoire quand il décrit sa situation:

I am thy father's spirit,
Doom'd for a certain term to walk the night,
And for the day confin'd to fast in fires,
Till the foul crimes done in my days of nature
Are burnt and purg'd away. (1.5.9-13)

Il déclare que la cause de son châtiment est sa mort sans confession:

Cut off even in the blossoms of my sin,
Unhousel'd, disappointed, unanel'd,
No reck'ning made, but sent to my account
With all my imperfections on my head. (1.5.75-9)

Bien sûr, Shakespeare offre un autre indice à son public en nommant le compagnon d’Horatio "Marcellus". De même, la "cape d'encre" (02/01/77) que Hamlet porte à 1.2 est une tenue appropriée pour la Toussaint pour un fils qui porte le deuil d’un père mort sans l'Extrême-onction.

[Avant de poursuivre, je dois signaler que Steve Roth observe que Steve Sohmer commet une erreur de calcul malheureux ici. Sohmer cite la position de la lune selon le calendrier grégorien actuel, et non pas le calendrier julien du XVIe siècle en Angleterre et au Danemark, qui a été compensé par une dizaine de jours. Par le calendrier julien, la lune, le 2 Novembre 1601 a été pleine - avec toutes les connotations effrayantes que cela implique.
Voir son article (note 11) et ce qui en découle sur
http://extra.shu.ac.uk/emls/07-3/2RothHam.htm ]

Date de la composition de Hamlet : arguments pour 1601

L'identification du fantôme marchant quatre nuits entre le 30 Octobre et le 2 Novembre a des implications intéressantes pour la datation de la composition principale de Hamlet. Les recherches diffèrent quant à savoir si le jeu devrait être renvoyée à 1600 ou 1601. Tous les éditeurs ont noté l'entrée dans le « Registre de la papeterie du 26 Juillet 1602 qui se réfère à la pièce comme ayant été «latelie acted » par les hommes du Lord Chamberlain. Mais les indicateurs calendaires peuvent appuyer les arguments en faveur de 1601 comme l'année de composition principale (ou une révision substantielle) du texte. Le 2 Novembre 1601 a été une nuit sans lune, à la fois à Londres et à Elseneur.

La séquence des quatre jours de fêtes 30 Octobre - 2 Novembre ne se déroule pas de la même manière chaque année. Lorsque la Toussaint tombe un dimanche, la séquence a été suspendu. Ainsi, en 1600, année proposée pour la composition principale du Hamlet, le 2 Novembre était un dimanche, et le respect de la Toussaint a été reporté au lundi 3 Novembre. Autrement dit, le calendrier de l'église a couru pour 1600 sur 5 jours comme suit :

Jour de la semaine Date de Sainte Journée
Jeudi 30 Octobre Marcellus
Vendredi 31 Octobre All Hallows 'Eve
Samedi 1 Novembre Toussaint
Dimanche 2 Novembre
Lundi 3 Novembre Toussaint

Alors qu’en 1601, les quatre jours de fête se succèdent ainsi:

Jour de la semaine Date de Sainte Journée
Vendredi 30 Octobre Marcellus
Samedi 31 Novembre All Hallows 'Eve
Dimanche 1 Novembre Toussaint
Lundi 2 Novembre Toussaint
[Une erreur s’est peut-être glissée au chapitre 14 du texte originale – ici, j’ai modifié les dates proposées par Sohmer pour que sa colle avec son propos : anniversaire Marcellus le 30/10, apparition à Hamlet le jour des morts, le 02/11]

Cela donne peut-être du poids à l'argument selon lequel la composition principale de Hamlet et les premières représentations de la pièce ont eu lieu en 1601. La relation du jeu à cette séquence des jours saints peut également impliquer un relation plus intense avec des questions théologiques.

Hamlet et le débat sur le Purgatoire : coïncidence calendaire de 1517 et 1601

La controverse entourant l'existence du purgatoire n'était pas nouvelle en 1601. Elle date d'Erasme. Le nom associé à ce débat reste celui de Martin Luther. Dans Hamlet, Shakespeare prend la peine de souligner la transposition chez les danois de la pièce (Sjögren). Le Danemark a été un pays luthérien depuis l'adhésion de Christian III, après la guerre civile de 1534-6. Luther, on le sait, a cloué ses Quatre-vingt-quinze thèses, qui concernent principalement les indulgences et le purgatoire, à la porte de l'église du château à Wittenberg pendant All Hallows 'Eve, le 31 Octobre 1517. Hamlet et Horatio étaient condisciples à Wittenberg. Il y a quatre références à Wittenberg dans Hamlet.

Il est, par conséquent, peut-être plus qu'une coïncidence que 1517 et 1601 soient des années ayant un calendrier commun. Dans les deux cas 1517 et 1601 les quatre fêtes sont tombés sur ces mêmes quatre jours de la semaine. Cette concordance des jours de semaine et des jours saints est extrêmement rare. Elle s'est produite quatre fois entre 1517 et 1691, et une seule fois durant la vie de travail de Shakespeare: en 1601. Ce phénomène soulève une série de questions intrigantes: Est-ce une coïncidence 1517-1601 ? Ou est-ce que Shakespeare en a tenu compte quand il entreprit la composition de Hamlet? Shakespeare aurait-il pu savoir que 1517 et 1601 avaient un calendrier commun. Cette connaissance peut sembler mystérieux pour nous, elle était facilement accessible aux élisabéthains alphabétisés.

Ni 1517, ni 1601 n’est divisible par 4. Par conséquent, ces années n’étaient pas bissextiles. Ces deux années ont été des années de 365 jours. Le calendrier de l'église pour une année peut être décrit par le catalogage des dates et jours de la semaine des jours solaires et lunaires saints. Les jours solaires saints reviennent sur la même date chaque année, par exemple, Noël le 25 Décembre. Par conséquent, les jours de la semaine à laquelle les saints jours solaires tombent dans une année commune peut être déterminé en trouvant la «Lettre Dominical ». Il s'agit de la date du premier dimanche de Janvier. Des tableaux de lettres dominicales ont été fournies par les almanachs populaires. La lettre Dominical à la fois pour 1517 et 1601 est D. Autrement dit, le premier dimanche de ces deux années est tombé le 4 Janvier, et les jours saints sur la même semaine dans les deux cas.

Pour déterminer le calendrier des jours de fête lunaire pour une année, il est nécessaire d'identifier la date du dimanche de Pâques à partir de laquelle toutes les autres jours saints sont comptés. Depuis l'époque du Concile de Nicée (325), Pâques a été observé dans l'Ouest, le premier dimanche qui suit la lune pascale, c'est à dire entre le 22 Mars et le 25 Avril. Afin de faciliter la date de Pâques, en l'an 525 le Denys moine Exiguus a publié un tableau des «Golden» numéros qui identifient la position de la lune dans son cycle de dix-neuf ans. Pour trouver le numéro d'or par an, ajoutez 1 à l'année et diviser par 19. Le reste est le nombre d'or. Pour 1517 et 1601 les calculs sont les suivants:

1517 + 1 = 1518/19 = 79 et 17, le nombre d'or = 17
1601 + 1 = 1602/19 = 84 et 6, le nombre d'or = 6

Avec la Lettre Dominicale "D" et le nombre d'or 17 et 6 dans la main, un élisabéthain aurait consulté les tableaux de Pâques dans les almanachs populaires. Ici, on constaterait que Pâques est tombé le dimanche 12 Avril à la fois en 1517 et 1601. Par conséquent, les calendriers pour 1517 et 1601 étaient identiques.

Mais, même si Shakespeare savait que 1517 et 1601 avaient des calendriers identiques, peut-on démontrer que le dramaturge voulait attirer l'attention de son auditoire sur l’apparition du fantôme pendant ces quatre jours, du 30 octobre au 2 novembre 1601?

Luther à Elseneur : Les vies de Luther

Martin Luther a affiché ses Quatre-vingt-quinze thèses, le 31 Octobre 1517, la veille de la Toussaint. Notre analyse des quatre jours de marche du fantôme suggère qu’Hamlet rencontre le fantôme de son père, le 2 Novembre, le lendemain de la Toussaint. Pour concilier cette apparente anomalie, nous avons besoin de savoir quelles sont les informations que Shakespeare aurait pu avoir sur la vie de Martin Luther.

En fait, il y avait plusieurs «vies» de Luther en version imprimée à l’époque de Shakespeare. La plus ancienne en anglais apparaît dans Commentaires Sleidanes par Johannes Phillipson, publié à Londres en 1560. Phillipson ne donne pas de date pour l'affichage sur l'église du château, mais uniquement les enregistrements envoyés par Luther, «Certaines questions qu'il avait récemment mis en place à Wittenberg", à l'archevêque de Mayence, le 1er Novembre (Fol. B1). Une autre vie de Luther est publiée dans les Actes et Monuments de Foxe (1563).Curieusement, Foxe obtient la mauvaise date de publication.
Foxe indique à tort que Luther cloua ses thèses le 2 Novembre, le lendemain de la Toussaint. Dans son préambule de sa vie de Luther, Foxe reconnaît sa source:
Philippe Mélanchton (1497-1560) un proche collaborateur de Luther et son successeur à la tête du luthéranisme. Le livre obscur auquel se réfère Foxe est une traduction de la vie de Luther par Mélanchton, d’après un certain Henry Bennet de Calais. Or nous savons qu’il fit une erreur de traduction (« après » la toussaint au lieu de « avant »). Foxe n’a fait que répéter l’erreur de Bennet.

Pour suggérer cette rencontre entre Hamlet et le spectre, le 2 Novembre parce que sa source (s) a fourni une date erronée pour l'affichage des Quatre-vingt-quinze thèses de Luther implique une connaissance de la part de Shakespeare de la vie Luther lors de sa création du Hamlet. Cette hypothèse n’est pas aussi farfelue qu'il paraît. Les commentateurs ont déjà remarqué de nombreux parallèles entre la conversion de Luther et Hamlet (Waddington, Hassel, Hoff; Amott 69-74). Jeune, Martin Luther a subi une longue période de dépression (anfechtung) , et a finalement trouvé la conversion par l'abandon humble envers Dieu. Hamlet subit un parcours similaire de développement spirituel, on le voit se lamenter de sa «chair trop souillé» à croire qu'il y a «une providence spéciale dans la chute d'un moineau. » Après son retour au Danemark, Hamlet déclare qu'il a été dirigé par un «divinité qui façonne nos fins» pour découvrir la perfidie de Rosencrantz et Guildenstern. Hamlet écrit à Claudius qu'il est revenu au Danemark "nu" (04/07/50). Dans ce mot qui tracasse le roi et Laërte, les luthériens de l'époque élisabéthaine auraient pu reconnaître une allusion au mot-clé que Luther emploie pour décrire sa conversion à travers l'abandon humble à Dieu: nackt .

Les élisabéthains de toutes les religions auraient également reconnu un autre parallèle plus évident entre Hamlet et Luther. Dans la pièce de Shakespeare, Hamlet confronte un roi qui a épousé la femme de son frère défunt. Il a été largement rappelé que Martin Luther a eu un échange de pamphlets acrimonieux avec un roi qui avait épousé la femme de son frère défunt, Henri VIII.

3 mouvements et 3 jours de fêtes : All souls’, Chandeleur et Corpus Christi

Dans sa préface à Hamlet, Harley Granville-Barker a écrit que la performance du jeu en cinq actes se divise en trois «mouvements» (1: 73).

Le premier mouvement, qui s’étend sur deux jours, commence à l'ouverture de la pièce, et se termine après la rencontre d'Hamlet avec le fantôme et sa décision de simuler une « antic disposition » (1,5). Selon notre analyse calendaire, ces scènes se déroulent dans la période du 1 et 2 Novembre.

Le deuxième mouvement commence avec une discussion entre Polonius et Reynaldo (2,1). De leur conversation nous ne pouvons pas déterminer depuis combien de temps Laertes est à Paris. Mais quand Ophélie entre, nous déduisons que beaucoup de temps s'est écoulé depuis que Polonius lui a interdit de partager la compagnie d'Hamlet:

Pol. What, have you given him any hard words of late?
Oph. No, my good lord, but as you did command
I did repel his letters, and denied
His access to me. (2.1.108-11)

L’anxiété de Polonius le pousse immédiatement à présenter la situation de Hamlet à Claudius et Gertrude: «Nous allons au roi» (2.1.118). Ce même jour, Cornellius et Voltemand reviennent de Norvège. Rosencrantz et Guildernstern, sont rappelés à la Cour en raison du comportement de Hamlet. L'action se déroule en toute transparence : l’entretien de Claudius et Gertrude avec Rosencrantz et Guildernstern, le rapport des ambassadeurs, la lecture de la lettre d’Hamlet pour la Saint-Valentin à Ophélie, la conversation de Polonius avec Hamlet (" Vous êtes un marchand de poisson, etc "), la confrontation du prince avec Ophélie, Hamlet souhaitant la bienvenue à Rosencrantz et Guildernstern, et l'arrivée des comédiens. Tout cela se déroule sur une seule journée. Avec la sortie des comédiens, Hamlet dit: «Nous allons entendre une pièce de théâtre demain » (2.2.524). La nuit suivante "La Souricière" est jouée, Hamlet confond Gertrude dans son appartement et tue Polonius. Hamlet est envoyé en Angleterre avant l'aube, et passe devant l'armée de Fortinbras (4,4). Ce mouvement s’étend sur deux jours.

Le troisième et dernier mouvement de la pièce commence à 4,5 avec l’entretien de Gertrude avec Ophélie devenue folle. Toujours par le truchement d'Ophélie, nous apprenons que beaucoup de temps s'est écoulé depuis la mort de Polonius: quand Claudius observe Ophélie, il demande, «Depuis combien de temps est-elle ainsi?" (04/05/65). Un moment plus tard, entre Laërte, qui après avoir voyagé à Elseneur de la France, cherche à se venger. Les lettres de Hamlet sont livrées à Horatio puis à Claudius. Claudius et Laerte font le projet d’assassiner Hamlet, Gertrude apporte les nouvelles de la mort d'Ophélie. Toute cette action se déroule en continu sur une seule journée. Nous savons que les funérailles d'Ophélie ont lieu le lendemain parce que Claudius rassure Laërte avec une référence à leur complot contre Hamlet:
"Strengthen your patience in our last night's speech.
We'll put the matter to the present push" (5.1.284-285)

Claudius et Laerte mettent en œuvre immédiatement leur projet d’assassinat et l'action s'exécute en continu jusqu'à la fin de la pièce.

Par cette analyse, nous voyons que les trois mouvements de Granville-Barker durent chaque fois deux jours. Les détails calendaires du texte suggèrent que Shakespeare relie ces mouvements à trois jours saints qui étaient sacrés pour les catholiques, mais dédaignés par les protestants Réformistes: All Souls', la chandeleur, et Corpus Christi.

1 - All Souls 'Day.

Dans le premier mouvement de la pièce, nous avons noté que les détails calendaires et astronomiques associés à la marche du fantôme sur quatre nuits successives aurait attiré l'attention d'un public élisabéthain pour l'intervalle du 30 Octobre - 2 Novembre, et que la Toussaint est consacrée aux morts n’ayant pas bénéficiés de l'Extrême-Onction. Depuis que la Réforme a nié l'existence du Purgatoire comme n'ayant aucun fondement dans l'Écriture, les protestants ont dédaigné le jour saint de la Toussaint.
Plus haut, Steve Sohmer a soutenu que, pour deux raisons, l'année 1601 est riche en associations avec Hamlet. Tout d'abord, parce que les quatre jours de fête successifs liés à l’apparition du spectre ont lieu en 1601. Ensuite, parce que 1601 et 1517, ont partagé un calendrier commun. De même, il peut être important que les années suivantes, 1602 et 1518, ont partagé un calendrier commun. En 1602, la Chandeleur, le Vendredi saint, et le premier jour du Corpus Christi sont tombés le deuxième jour du mois:

1- Chandeleur 2 Février
2- Vendredi saint 2 Avril
3- Corpus Christi 2-3 Juin

Cette concordance des jours saints et des dates sont extrêmement rares. Elle s'est produite que deux fois dans la vie de travail de Shakespeare - en 1591 et 1602.

2 - Chandeleur.

Si les premières apparition du fantôme se font entre le 30 Octobre et le 2 Novembre, le deuxième mouvement de la pièce - qui comprend "La Souricière", la scène de la rencontre avec Gertrude dans son appartement, la mort de Polonius, et la décision d’exiler Hamlet en Angleterre - doit être le 2 Février, le jour saint de la Chandeleur. Nous pouvons déduire cette date comme suit :

Avant "La Souricière" Hamlet ironise avec Ophélie sur la durée de la disparition du vieux Hamlet. Hamlet dit: «mon père est mort il y a deux heures ", et Ophélie répond:« Non! C'est deux fois deux mois, mon seigneur »(3.2.118-9). Elle déclare que le vieil Hamlet est mort quatre mois avant la nuit de "La Souricière". Par notre précédent calcul, nous savons que Horatio, Barnardo et Franscico rencontrent le fantôme le 1er Novembre. Ils décident de rapporter ce qu'ils ont vu à Hamlet, et leur scène se termine quand Marcellus dit: "Allons, je te prie, et je sais ce matin, où nous le retrouverons plus commodément" (1.1.156-7). Par conséquent, la scène à la Cour de Claudius (1.2) doit avoir lieu le lendemain, le 2 Novembre. Claudius ouvre cette scène: “Though yet of Hamlet our dear brother's death The memory be green…” (1.2.1-2). La mort du vieux Hamlet est récente. Mais de combien de temps? Hamlet nous le dit, Claudius et Gertrude se sont mariés un mois après la mort du Vieux Hamlet:

But two months dead--nay not so much, not two-
A little month
within a month,
Ere yet the salt of most unrighteous tears
Had left the flushing in her galled eyes,
She married. O most wicked speed (1.2.138-155)

Tout comme Hamlet condamne la brièveté de la période de deuil de Gertrude ("une bête sans raison aurait pleuré plus longtemps"), Claudius fait ses remontrances à Hamlet contre la prolongation de sa douleur:

'Tis sweet and commendable in your nature, Hamlet,
To give these mourning duties to your father;
But you must know your father lost a father;
That father lost, lost his; and the survivor bound
In filial obligation for some term
To do obsequious sorrow. But to preserver
In obstinate condolement is a course
Of impious stubbornness, 'tis unmanly grief,
It shows a will most incorrect to heaven,
A heart unfortified, a mind impatient,
An understanding simple and unschooled (1.2.87-97)

Lorsque Claudius fait allusion au «terme» de «l'obligation filiale », un public élisabéthain aurait reconnu une allusion à la «Trental», ou le deuil légal d’un mois. A la fin du Moyen Âge, le «terme» des obsèques, pour lequel un survivant est "lié par l’obligation filiale", a été conventionnellement fixé à trente jours. (Duffy 368). Les obsèques étendus ont été proscrits, et Claudius réprimande Hamlet dans un langage dure. Le deuil d’Hamlet au-delà du délai légal est «impie... viril... incorrecte envers le ciel." Claudius est prêt à déclarer le comportement de Hamlet comme hérétique.

Tous ceux qui meurent dans la pièce vont à leur tombeau sans confession. Ce rythme précipité suggère que le deuil pour le vieux Hamlet vient tout juste de finir quand Claudius et Gertrude importunent le prince afin qu’il quitte le deuil. Si le Trental commence le lendemain de la mort d'un individu, le vieil Hamlet est mort depuis 31 jours avant le 2 Novembre. Par conséquent, le vieux Hamlet est décédé le 2 Octobre.

Comme indiqué ci-dessus, le roi est mort depuis quatre mois, le soir de "La Souricière". Quatre mois après le 2 Octobre, c’est le 2 Février, date de la Chandeleur. Le dialogue le soir de la Souricière fait allusion à St. Luke et à la purification de la Vierge Marie (Luc 2:22-39) : «Lights» sont nécessaires, une mère est purifiée, un petit animal ("Un rat, un rat"), a été immolé. Plus important encore, un esprit apparaît «prêchant à des pierres » Luther a rejeté l'intercession des saints et de la Vierge Marie. La chandeleur a été le deuxième grand jour saint catholique dédaigné par les protestants Réformistes.

La chandeleur avait peut-être une connotation particulièrement poignante pour Shakespeare. Son fils, Hamnet, a été baptisé le 2 Février 1585.

3. Corpus Christi.

L'insistance d'Hamlet sur le fait que son père est mort depuis «deux heures» est importante pour identifier le jour sacré associé au troisième mouvement. Quand Hamlet prononce ces mots (ca. ligne 2000), un public élisabéthain aurait été depuis environ deux heures dans le théâtre. L'horloge sonnant de St. Mary Overy à Southwark aurait certainement pu être entendue dans la salle de spectacle, et le public aurait été sensible au temps écoulé depuis que l'exécution a commencé. Si Hamlet a commencé vers 14 heures, l'horloge de la cathédrale aurait simplement sonné à quatre reprises. L’audience du Globe aurait reconnu le dispositif de Shakespeare. L’allusion d’Hamlet à «deux heures», couplées avec l’allusion d’Ophélie à quatre mois, symbolise le fait que dans le temps dramatique de Hamlet deux heures = quatre mois. Le reste de la pièce, qui se déroule en deux heures (environ 1900 lignes), correspond à un autre intervalle de quatre mois, ce qui nous mène du 2 Février au 2 Juin. Comme indiqué ci-dessus, en 1602, le festival de deux jours de Corpus Christi a eu lieu les 2-3 Juin.

Cet indice calendaire à Corpus Christi est soutenu par de nombreux détails dans le texte. Sur la première de ces deux journées qui ferment le jeu, Ophélie effectue sa scène de folie avec des chansons et des herbes, Laërte arrive à la porte d'Elseneur à la tête d'une foule, et la mort d'Ophélie est annoncée. Le deuxième jour, Ophélie est enterrée, Claudius et Laertes s'ingénient à mettre au point leur complot, et le duel entre Hamlet et Laërte conclut l'action.
Corpus Christi célébrait la «présence réelle» du Christ dans l'Eucharistie. De 4.5 à la fin de la pièce, Shakespeare nous propose une série de parodies des rituels principaux de la fête. Il y a deux processions, l'une de la temporalité et une autre de la spiritualité, c'est à dire la foule des roturiers qui suivent Laërte, et le prêtre qui conduit le cadavre d'Ophélia jusqu’à sa tombe. Un duel où le jeu se déroule sous forme d’un duel d'escrime truqué. La catastrophe finale que Henry VIII a défendu comme «le sacrement Altare», c'est le mystère de la transsubstantiation parodiée par le calice létale (4.7.135). Ce n'est pas un hasard si le plan élaboré par Claudius-Laërte échoue ; la foi en la Providence chez Hamlet aurait été sans équivoque pour un public élisabéthain qui s’attend au triomphe de la prédestination de Dieu sur les injustices de l’homme.

Comme indiqué précédemment, ces trois jours de fête – Les Trépassés, la chandeleur, et Corpus Christi – avaient un rapport avec la Réforme. Ils étaient parmi les jours les plus sacrés dans le calendrier catholique, mais avaient été écarté par Luther et les protestants. Tout comme les quatre jours de marche du fantôme tombent entre le 30 Octobre - 2 Novembre dans les années 1517 et 1601, la Chandeleur est tombée le 2 Février et Corpus Christi sur 2/3 Juin à la fois en 1518 et 1602.
De plus, la visite de «l'homme mort», Lamord («deux mois qui ont suivi" 04/07/80) est tombé le 2 Avril, qui en 1602 était l'anniversaire de la mort du Christ, le Vendredi saint.

Le frère du roi Henri VIII, Arthur, est décédé le 2 Avril 1502. Le 100e anniversaire de sa mort, rappelle la visite de Lamord à Elseneur. L'événement décisif dans l'histoire religieuse anglaise 1500-1600 était la mort d'Arthur et le mariage ultérieur de Henri VIII à la veuve d'Arthur, Catherine d'Aragon (catholique).

Test de la conception calendaire de Hamlet

Peut-on tester si cette analyse de la conception calendaire de Hamlet est valide, et si Luther et la Réforme sont étroitement liés à la pièce? Une façon peut-être d'examiner l'événement qui était la condition sine qua non du drame dans Hamlet - c'est le mariage du roi Hamlet avec Gertrude. On peut se demander: est-ce que la date du mariage entre Hamlet et Gertrude est recouvrable par une preuve interne dans le jeu?
On ne nous dit rien sur la date du premier mariage. Cependant, dans "La Souricière" Shakespeare fournit les imagunculae du Vieux Hamlet et Gertrude, et fait allusion à la date du mariage de ces marionnettes, le Roi et la Reine de comédie :

Full thirty times hath Phoebus' cart gone round
Neptune's salt wash and Tellus' orbed ground,
And thirty dozen moons with borrowed sheen
About the world have times twelve thirties been
Since love our hearts and Hymen did our hands
Unite commutual in most sacred bands. (3.2.150-55)

La cadence répétitive de ce discours - «trente fois ... trente douzaine de lunes... trente années Douze» -, est curieusement mémorable. Son arithmétique nous dit par ces imagunculae du Vieux Hamlet et de Gertrude qu’ils se sont mariés un mois solaire de trente jours, plus 30 années synodiques avant le jour de l'assassinat. Les nombreux parallèles évidents entre le Roi-Reine de comédie et du Hamlet-Gertrude auraient tenté les auditeurs élisabéthains pour calculer la date de ce mariage comme suit :

« Full thirty times hath Phoebus' cart gone round” décrit 30 jours solaires.
« And thirty dozen moons with borrowed sheen» décrit 360 mois synodiques.
La période synodique de la lune est égale à 29 jours, 12 heures et 44 minutes.

360 X 29,5 jours = 10620 jours
Pour tenir compte de ces 44 minutes, ajouter:
360 x 44 minutes = 15840 minutes
15.840 minutes par heure / 60 = 264 heures
264 heures / 24 par jour = 11 jours

Ce qui donne:
10620 jours + 11 jours = 10631 jours
Pour cela il faut ajouter les 30 jours solaires:
10631 jours + 30 jours = 10661

Selon le discours du roi de comédie, depuis le jour de son assassinat 10661 jours se sont écoulés jusqu’au mariage. Si cela détermine précisément la durée du mariage entre Hamlet et Gertrude, le calcul nous permet de répondre à une question qui a hanté les chercheurs depuis des siècles et est peut-être le plus grand mystère de Shakespeare: pourquoi le jeune Hamlet n’accède pas au trône immédiatement après la mort de son père?

Calcul de la Nativité Hamlet

À la veille du Corpus Christi, 2 Juin, Hamlet revient dans l'enceinte d'Elseneur et engage une conversation avec l’un des fossoyeurs :

Ham. How long hast thou been a gravemaker?
Clow. Of all the days I' th' year I came to 't that day that
our last King Hamlet o'ercame Fortinbras.
Ham. How long is that since?
Clow. Cannot you tell that? Every fool can tell that. It
was the very day that young Hamlet was born
I have been sexton here, man and boy, thirty years. (5.1.138-57)

Selon le clown, Hamlet est né il y a trente ans jour pour jour. Hamlet a déjà fait remarquer: "How absolute the knave is!" (5.1.130), et Dowden insiste «nous devons accepter avec tant de soin les dates déterminées» (195). Dover Wilson déclare que le passage fixe l'âge de Hamlet (236). Le dispositif de Shakespeare devient transparent quand on se souvient que le vieux Hamlet et Gertrude avaient été marié 29 années, plus 69 jours, à compter du jour où il est mort le 2 Octobre de l'année précédente. L'intervalle entre la mort Vieux Hamlet, le 2 Octobre, et sa rencontre du jeune Hamlet avec le clown, le 2 Juin, est de huit mois (243 jours). Par conséquent, le Vieux Hamlet et Gertrude aurait été marié 29 années plus 312 jours quand Hamlet rencontre le clown. Mais si Hamlet a 30 ans, il doit être né au moins 29 ans, plus 365 jours avant sa rencontre avec le clown. Par conséquent, Hamlet doit être né au moins 53 jours avant le mariage du roi et de Gertrude.
Nous comprenons maintenant pourquoi Shakespeare a créé cette rencontre avec le clown qui creuse une tombe. Hamlet est illégitime - ce qui explique pourquoi il n'a pu accéder au trône à la mort de son père.

Henri VIII eu au moins un fils qui ne put accéder au trône parce qu'il était illégitime: Henry Fitzroy, né en 1519 de Elizabeth Blount, dame d'honneur de Catherine d'Aragon. Fitzroy fut nommé comte de Nottingham et duc de Richmond en 1533 et fut marié à Marie Howard, fille du duc de Norfolk. Il est mort au Palais Saint-James en 1536, et les soupçons de son empoisonnement sont retombés sur Anne Boleyn et son frère, Lord Rochford. Shakespeare a été personnellement associé à un autre homme considéré comme un fils illégitime de Henry VIII, Henry Carey (1524? -1596), Le fils de la sœur d'Anne Boleyn, Mary. Carey aurait eu une forte ressemblance avec Henri VIII. Il était le cousin préféré de la Reine Elizabeth, et elle l’a nommé baron Hunsdon en 1559. Hunsdon a fondé une société de comédiens avant 1565, et James Burbage prétend être "l'homme lord Hunsdon» en 1584. Un an plus tard Hunsdon a été nommé grand chambellan. Hamlet , bien sûr, a été interprété par les hommes du Chambellan, comme en témoigne l’inscription au registre le 26 Juillet 1602.

Test de l’ illégitimité d'Hamlet : la langue de Shakespeare

La thèse de l’illégitimité d’Hamlet peut être étayée par des preuves internes dans le texte? D’une part, il y a bien les «douze à seize lignes" (2.2.529) intercalées par Hamlet dans le jeu de la souricière, d'autre part, Hamlet peut également se référer à sa conception illicite et à sa naissance pré-maritale quand il monte la garde avec Horatio et Marcellus et qu’ils attendent l'apparition du Ghost à l’acte 1 (1.4.7). La nuit calme est perturbée par les trompettes et les coups de canons. Horatio demande: «Est-ce une coutume?" et Hamlet répond :

Ay marry is't,
But to my mind, though I am native here
And to the manner born, it is a custom
More honoured in the breach than the observance. (1.4.13-16)

Dans Q1 et dans le Folio le discours d’Hamlet s’arrête là avec l’entrée du spectre. Mais dans Q2, Hamlet poursuit avec un discours qui reprend les thèmes jumelés du patrimoine et de l'hérédité:

So oft it chaunces in particuler men,
As in their birth wherein they are not guilty,
(Since nature cannot choose his origin)
By the ore-grow'th of some complextion
Oft breaking downe the pales and forts of reason,
Or by some habit, that too much ore-leavens
The form of plausive manners, that these men
Carrying I say the stamp of one defect
Being Natures livery, or Fortunes starre,
His vertues els be they as pure as grace,
As infinite as man may undergoe,
Shall in the generall censure take corruption
From that particuler fault: the dram of eale
Doth all the noble substance of a doubt
To his own scandle. (1.4.17-38)

Dans ces seize lignes Hamlet énumère trois façons dont la vertu d'un homme peut être corrompue: par le hasard de la naissance, par un déséquilibre des "humeurs", par la pratique d'une mauvaise habitude. L’accident de naissance est moralement le mode le plus intrigant, car l'homme est «non coupable». Un enfant «ne peut pas choisir » sa filiation ou les circonstances de sa naissance. Mais Hamlet croit que la «taupe vicieuce de la nature » pollue sa victime.

Lorsque Shakespeare a écrit ces lignes, le mot «vicieux» n'avait pas atteint son sens sauvage moderne. Au contraire, il est étroitement liée à la notion de vice. Lorsqu'il était appliqué à l'habitude et au comportement, le mot portait le sens de «vice, contraire aux principes moraux; dépravé, immoral, mauvais». Appliqué à des personnes, le mot veut dire accro aux vice, immoralité; habitudes dépravées; débauche. Le mot «taupe» a deux significations principales: une "tache sur la peau humaine ... une faute», ou les mammifères familiers de petite taille. Dans ce dernier sens il pouvait être appliqué à des personnes qui présentaient les qualités de la taupe, c'est à dire "celui dont la vision est défectueuse» ou «celui qui travaille dans l'obscurité."
Quant à « l'empreinte d'un défaut», cette marque est liée à la frappe et au monnayage. Shakespeare applique couramment le terme «tampon» à assimiler à la contrefaçon avec l'engendrement des enfants illégitimes, comme dans Mesure pour mesure.

Dans l'esprit d'Hamlet ce statut de contrefaçon – la livrée de la bâtardise – annule toutes les autres vertus d'un homme et le condamne à «la censure générale». Le discours d'Hamlet se termine par ce que Jenkins appelle «le nœud le plus célèbre de Shakespeare» (449):

the dram of eale
Doth all the noble substance of a doubt
To his own scandale. (1.4.36-38)

Aucun commentateur n’a défini de façon satisfaisante "EALE» et «doubt». Mais Jenkins a traduit:

Le dram du mal
Doth toute la substance noble souvent Dout
Pour son propre scandale.

"Dout" signifie "avancer, éteindre." Jenkins affirme que «le sens général est clair: la petite quantité de mal fait en quelque sorte le meilleur de la «matière noble» (451).

Le langage de Shakespeare devient claire si nous nous rappelons que ces paroles sont la réponse d'Hamlet à la question d’Horatio au sujet des pratiques du roi. Le thème du discours d'Hamlet est le vin et la consommation excessive. Sa langue est tirée du jargon associé. "Dram" est un mot que Shakespeare utilise d'ailleurs dans les deux sens, comme mesure du poids (1/8 once) et mesure de liquide (fluid ounce 1/8). Il ergote aussi avec le mot dans un sens éthique dram = scrupule = componction. À la fin du discours d'Hamlet, Shakespeare utilise le mot "dram" dans le sens d'une mesure de liquide pour mieux suggérer un mot non-dit: « bâtard» En plus de ce sens familier du mot : «né hors mariage, illégitime", l'homonyme "Bastarde" décrit un «vin sucré espagnol, ressemblant au muscat.

Ces Bastarde sucrés ou vins enrichis en alcool - dans l'ère élisabéthaine la liste comprenait xérès, les ports, les muscats et de nombreuses autres variantes - différent des «purs» millésimes de ce que les Français appellent dosage . Autrement dit, le vin naturel est altéré par l'ajout d'une cuillerée de substance étrangère. Dans la vinification de Falstaff, le sac (moderne: sherry), il y a deux intrusions dans la fermentation et le processus de vieillissement. La première est flor - un moule qui est propre à la région de Xérès d'Espagne qui donne au vin son goût. Deuxièmement, xérès sont âgés (et daté) par la méthode solera. De petites quantités de vieux xérès sont ajoutés aux vins jeunes. L'introduction d'un peu de drams de vin plus vieux modifie le caractère du vin nouveau par un degré remarquable - un phénomène bien connu des vignerons sherry et des buveurs au temps de Shakespeare. Dans un sens œnologique, le procédé du dosage dénature le vin naturel par l'intrusion d'une petite quantité de fluide étranger. Le vin frelaté de cette manière perd son appellation variétale. Il perd son droit à un «nom» - et qui reste sans nom sinon un «bâtard» ? Vu sous cet angle, Hamlet "dram de EALE" est reconnaissable comme une métaphore de la semence.

Quant à l'étymologie du mystérieux "EALE», le mot peut être une variante dérivée de "ealdren», une forme obsolète dialectique de «aîné». «Aîné» a deux significations principales. Le nom de l'arbre familier aîné, Sambucus nigra , dérivé du vieux mot anglais "ellfrn», lui-même dérivé d'un mot norrois inconnue Vieux mais liée à la danoise "hyld» ou «hyldetrf". L'aîné est généralement un arbre ou un arbuste bas, et ses jeunes branches sont remarquables par leur abondance de moelle. Les qualités du bois des aînés étaient bien connus de Shakespeare, qui se réfère à sa douce moelle dans Henry V , et à la tradition que c'était l'arbre sur lequel Judas a été pendu dans Peines d'amour perdu . Nous avons une référence à cette qualité du sureau dans Hamlet "indeede it takes From our atchievements, though perform'd at height The pith and marrow of our attribute" (1.4.20-22).

Dans le contexte du discours d'Hamlet à propos de l'abus d'alcool, trois attributs des aînés sont importants. Tout d'abord, l'arbre produit la baie de sureau, d'où un "vin" a été fermenté en Angleterre depuis les temps anciens. En raison de la faible teneur en sucre des baies de sureau, le jus a été "abâtardi" avec une quantité de sucre ou de miel pour aider à la fermentation. En second lieu, le nom vernaculaire anglais pour l'aîné est "Danewort», de la tradition que la plante se leva dans des endroits où les Danois avaient abattus des Anglais ou vice-versa. Troisièmement, le jus non fermenté de la baie de sureau a été utilisé dans la médecine traditionnelle anglaise comme diurétique au moins de l'époque médiévale. Autrement dit, le sureau est unique en ce que son jus peut être associé non seulement à la consommation de fluide mais avec effluents.

[Il me paraît important de souligner que dans la référence historique de la pièce – les Gesta Danorum de Saxo Grammaticus, arrivé en Angleterre Amleth refuse de toucher au repas prétextant que la nourriture était souillée par le sang (pour le pain), la rouille (pour la boisson) et une puanteur de cadavre (pour les viandes). Le roi d’Angleterre fit faire son enquête et découvrit cette vérité supplémentaire concernant la servilité de ses origines. Livre III, chapitre 6 n° 17 à 21]

Le deuxième sens qui se rapporte au "dram de EALE" est le comparatif des «vieux», c'est «celui qui a vécu plus longtemps." Les épithètes «salaud eigne» et «ancien bâtard» étaient employés indifféremment dans les documents juridiques élisabéthains pour décrire «le fils bâtard d'un homme qui se marie par la suite à la mère". Légalement, Hamlet serait devenu un «eigne bâtard» si un frère était né dans le mariage de Claudius et Gertrude. Un livre de lois de 1536 donne un aperçu de la pratique en vigueur:

A man hath a sonne of a woman before marriage, that is called a bastarde, and unlawful. And after he marrieth the mother of the bastarde, and they have another sonne, the seconde sonne is called Mulier, that is to say lawfull, and shall be heire to his father; but that other cannot bee heire to any man, because it was not knowen for certaine in the judgement of the law who was his father, and for that cause is said to bee no mans sonne or the sonne of the people, and so without father, according to these old beliefs. (Rastell 131-2)

Hamlet a peut-être été légitimé par le mariage subséquent de ses parents. Mais si Claudius et Gertrude venaient à avoir un enfant, l'enfant aurait préséance dans la succession et Hamlet serait privé de ses droits à la couronne.

L’illégitimité d’Hamlet et de Luther

L'illégitimité de Hamlet fournit une autre connexion entre le prince de Shakespeare et Martin Luther. Une controverse entoure encore la date de naissance de Luther. Son principal adversaire catholique, Johannes Cochlaeus (Johannes Dobeneck, de 1479 à 1552), a écrit que Luther était un bâtard conçu quand sa mère copulait avec le diable (Friedensburg v.1.541, 14-18). De fait, la mère de Luther jura qu'elle pouvait se souvenir de la date de naissance de Martin, mais pas l'année.

La date du mariage des parents de Luther est inconnue. Ce qui est connu c’est que le couple a déménagé deux fois dans les années 1482-1484, d'abord à partir de Eisenach à Eisleben, et de là à Mansfield. Un jeune couple qui occupe trois résidences est remarquable pour l'époque. Ces déménagements - et la nécessité pour la mère de Luther de dissimuler l'année de sa naissance - serait compréhensible si Martin avait été conçu hors mariage. Le l'année de naissance de Luther est donnée pour 1483 ou 1484. Mais une date de naissance antérieure, disons 1482, permettrait de résoudre «certaines difficultés dans la chronologie de la jeunesse de Luther, comme sa période de quatre ans d'études à Eisenach, pour lesquels il est difficile [à savoir impossibles] pour tenir compte" si une date de naissance en 1483 ou 1484 est acceptée (Brecht 1). Luther père, George, a commencé sa carrière en tant que mineur. C'est ce qui explique l'épithète d'Hamlet pour le fantôme de son propre père:

“Well said, old mole. Canst work i'th' earth so fast? A worthy pioner » (1.5.170-1).

Dans le langage de Shakespeare, le terme «pioner» ou «pionnier» signifie un mineur.

En guise de conclusion

Depuis 1941 - et en particulier depuis 1973 - il y a eu un regain d'intérêt pour la lecture du Hamlet de Shakespeare comme un document de la Réforme. Si la conception calendaire à laquelle cet essai renvoie fait partie intégrante de la pièce de Shakespeare pour les trois «mouvements», les chercheurs peuvent maintenant aborder les dimensions théologiques du texte dans un contexte plus large. Chacune des œuvres savantes rappelées au début de cet essai a ingénieusement interrogé un passage particulier, ou le caractère ou le thème dans Hamlet de son contenu théologique. D'une manière analogue à l'archéologie littéraire, chaque chercheur a décrit une tuile individuelle qui fait partie d'une grande mosaïque. Reconnaissant le cadre calendaire de Shakespeare, Hamlet peut fournir une matrice dans laquelle ces tuiles de sens trouvent leur place, et révèlent le dessein de l'auteur.